"La cuisine paléolithique" de Joseph Delteil.

Avant de rejoindre ma Thébaïde estivale !

 

Je propose le seul livre de cuisine authentique et vrai que je conserve prés de moi pour ne pas tomber dans l'exagération des préparations de notre temps, pour éviter la facilité que nous offre cette modernité, qui voudrait que l'on ne réfléchisse plus à la façon dont on doit manger; qui veut que l'on consomme pour consommer, pour gaspiller.

Lorsque j'étais "Petit homme" j'allais me promener, en vélo, vers la Tuillerie de Massane, route de Grabels. C'était loin, le bout du monde, au milieu des garrigues, sur le côteau bien exposé au soleil d'où l'on apercevait au loin le Peyrou, "Sainte Anne" et Montpellier rassemblée sur elle même !

Un appel vers ce lieu aujourd'hui perdu dans les constructions, dans les paysages métallurgiques selon Joseph Delteil.

Et plus tard j'ai découvert ce poète déluré. Plus tard, le titre de ce livre m'a attiré : "La cuisine paléolithique" ! Quelle idée ?

Dans ce livre j'ai retrouvé mon enfance et les rites qui marquaient les manières de préparer la nourriture (pas de nostalgie ici).

En retrouvant ce livre réédité je m'aperçois que nous sommes devenus des pinailleurs et des paresseux ! Tout est épuré, sophistiqué, mesuré, calibré, qualifié, facilité, compliqué... Bref on perd du temps à le gagner, formule connue. 

Lorsque je passais devant le portail, toujours ouvert, je ne pensais pas que le paradis était si prés, mais je le sentais puisque j'aimais venir m'y perdre.


Ce livre est à méditer sèrieusement car nous devons retrouver cette nourriture simple et magique, faites avec des produits sains, naturels. Le poète Joseph Delteil devrait inspirer tous les cuisiniers (professionnels et autres), ceux qui veulent épater leur galerie, ceux qui ont fait de notre cuisine patrimoniale une cuisine technologique, technique, qui ne nourrit pas mais qui aveugle, esbouffi son public.

Certains écrivaient sur le fronton de leur mur "Connais-toi toi-même..."; Joseph Delteil avait écrit " Vivre de peu", inspiré par Confucius.

Voilà la formule inspirante.

Vivre de peu ne veut pas dire vivre dans la misère, non, c'est se contenter de la richesse du moment sans se perdre dans d'autres considérations matèrialistes.

Voici un écologiste avant cette mode, avant gardiste dans sa simplicité.

 

Ce petit livre est à lire et à relire, à relire encore entre les mots qui cachent d'autres mots, d'autres idées, par exemple : point d'or, grasal, boucle la boucle, pélican...


Un livre de "cuisine brute" sans luxure.

La cuisine paléolithique 1.pdf

La cuisine paléolithique 2.pdf

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site